Auteur: Concepción Marín, PharmD

Qu’est-ce que le ginseng? Comment prendre le ginseng? Quelles sont les propriétés de la plante Panax ginseng? Quelles sont les contre-indications ?

Fiche technique: Ginseng

Famille: Panax Ginseng C.A. Meyer

Origine: Asie du Nord-Est

Composition: Selon la Pharmacopée européenne, les racines de Panax Ginseng C.A. Meyer coupées et séchées (ginseng blanc) ou traitées à la vapeur (ginseng rouge) contiennent des ginsénosides, considérés comme les principaux responsables de son activité pharmacologique.

Utilisation: Le ginseng a un effet tonifiant et permet de résister à la fatigue. Le Comité européen des plantes médicinales (HPMC) affirme que les préparations à base de racines de ginseng sont efficaces pour les symptômes associés à la fatigue, à l’asthénie et au syndrome d’épuisement professionnel.

Contre-indications: Consultez votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez en même temps des médicaments contre le diabète. En effet, il a été montré que la prise concomitante de médicaments contre le diabète et de ginseng pourrait provoquer une baisse de la glycémie.

Qu’est-ce que le Panax ginseng et à quoi sert-il ?

« panacée : un nom qui signifie remède contre tous les maux »

Parmi toutes les plantes médicinales que la nature offre, c’est le ginseng a le plus fasciné l’humanité. Il est considéré comme la « panacée » dans la médecine traditionnelle chinoise. En fait, son nom botanique de genre est Panax, qui dérive du grec Pan (tout) et acea ou akèia (remède), ce qui signifie littéralement « guérir tout ».

Son utilisation s’est répandue depuis l’Orient et est maintenant considérée par la communauté scientifique occidentale comme une alternative naturelle pour renforcer le système immunitaire, réguler le métabolisme et revitaliser le corps et l’esprit.

La Société scientifique européenne de phytothérapie (ESCOP) approuve son utilisation pour soutenir le bon fonctionnement des capacités cognitives et physiques telles que la fatigue, l’épuisement, la perte de concentration et aussi pendant une convalescence.

L’Agence européenne des médicaments (EMA) recommande également l’utilisation traditionnelle de la racine de ginseng pour le traitement des symptômes de l’asthénie, tels que la fatigue et la sensation de faiblesse. ginseng, plant, panax, corean, coréen

Description botanique

Nom botanique: Panax ginseng, Panax ginseng C.A. Meyer.

Noms usuels: ginseng asiatique, ginseng coréen, ginseng chinois.

Famille: Araliaceae.

Espèces apparentées : Ginseng américain (Panax Quinquefolium L.) ; Ginseng sibérien (bien qu’il appartienne à la même famille, il appartient à un autre genre, Eleutherococcus, donc une plante médicinale différente).

Origine : Asie du Nord-Est.

Habitat et culture : C’est une plante vivace qui a besoin d’un climat tempéré, avec des forêts de feuillus et des précipitations annuelles comprises entre 50 et 100 cm. Il pousse dans les régions froides et montagneuses de Chine, de Corée et du Japon, mais rarement à l’état sauvage. Ce n’est qu’après les 6 à 10 premières années de culture que les racines peuvent être récoltées en automne. En Europe, il est cultivé selon les conditions spécifiques dont le ginseng a besoin, en contrôlant l’apport en eau, nutriments et la lumière du soleil.

 

Caractéristiques et composition chimique du ginseng

Racine de Panax ginseng (radix)

Le ginseng a une odeur aromatique et un goût sucré, doux au début, puis légèrement amer. La racine est fusiforme, d’un diamètre généralement inférieur à 2,5 cm, et est plus ou moins ramifiée selon l’âge de la plante.

Selon la Pharmacopée européenne, la partie utilisée est constituée de la racine de Panax ginseng C. A. Meyer, coupée et séchée (ginseng blanc) ou traitée à la vapeur puis séchée (appelée ginseng rouge en raison de sa couleur rouge-brun).

Panax Ginseng CA Meyer coreano Optim suplemento

Principes actifs

De multiples composés ont été identifiés dans la racine de ginseng :

Ginsénosides

Les ginsénosides, également appelés panaxosides, sont considérés comme les principaux agents pharmacologiques.

– Dérivés du protopanaxadiol : ginsénosides Ra1, Ra2, Ra3, Rb1, Rb2 et Rb3 ; notoginsénosides R4, Rs1, Rs2, Rs3 et Rs4, et malonylginsénosides Rb1, Rc et Rd.

– Dérivés du protopanaxatriol : ginsénosides Re, Rf et Rg1, notoginsénosides R1.

– Dérivés de l’acide oléanolique : ginsenoside R

Des variations qualitatives et quantitatives ont été observées dans différentes espèces. La racine de ginseng coréen (Panax Ginseng) contient le plus grand nombre de ginsénosides, allant de 1 à 3 %. Au sein d’une même espèce, il peut y avoir de légères variations selon l’âge de la racine, l’origine et le moment de la récolte, s’il s’agit de la racine principale ou des radicelles secondaires. Il a même été rapporté que la composition du ginseng blanc est légèrement différente de celle du ginseng rouge, car seuls les malonylginsenosides ont été caractérisés dans le ginseng blanc.

Ginsénosides rares

Au cours du processus de vaporisation et de séchage du ginseng rouge, un autre type de ginsénoside, Rg3, Rh2, Rh4 et Rg5, qui présentent un grand intérêt thérapeutique, sont synthétisés.

Depuis leur découverte il y a dix ans, les ginsénosides rares ont fait l’objet de nombreuses études pour expliquer l’efficacité du Panax ginseng, efficacité prouvée par deux mille ans de médecine traditionnelle.

Des publications récentes ont montré que les ginsénosides rares, tels que Rg3 et Rg5, régulent le rythme des impulsions neuronales entre les neurones de l’hypothalamus pendant un stress prolongé afin de réduire la production de cortisol. Grâce à leurs propriétés neuroprotectrices, les ginsénosides rares réduisent la nocivité du stress dans d’autres parties du système nerveux central (SNC) comme l’hippocampe et le cortex préfrontal.

Autres composés

  • Les dérivés polysaccharidiques, à savoir les panaxanes, qui sont divisés en deux séries : les panaxanes A-E, qui prédominent dans le ginseng coréen, et les panaxanes Q-U, qui prédominent dans le ginseng japonais, sont également considérés comme responsables de nombreux effets du ginseng.
  • Des protéines comme la panaxagine (Panax ginseng) et la quinqueginsine (Panax quinquefolius), qui ont une activité antifongique (ce qui explique la fonction immunomodulatrice du ginseng) et une activité ribonucléasique (ce qui explique la fonction adaptogène du ginseng) ; et des glycopeptides (comme le panacène).
  • Acides phénoliques dérivés de l’acide benzoïque. Acide salicylique, acide vanillique.
  • Huile essentielle (composée principalement de limonène, terpinéol, citral, polyènes et polyacétylènes).
  • Stéroïdes (phytostérols).
  • Vitamines : vitamine C, biotine (B7), niacine (B3), riboflavine (B2) et acide pantothénique (B5).
  • Minéraux et oligo-éléments : Zinc, Cuivre, Fer, Manganèse, Calcium, Magnésium, Potassium, Sélénium.

 

Bénéfices et propriétés du ginseng

Énergie et vitalité

Le ginseng a un effet tonifiant et revitalisant et permet de résister à la fatigue.

Le Comité européen des plantes médicinales (HPMC) rapporte que les préparations à base de racines de ginseng sont efficaces pour les symptômes associés à la fatigue, à l’asthénie et au syndrome d’épuisement professionnel.

En effet, une étude récente menée auprès d’infirmières travaillant de nuit a montré qu’une supplémentation en ginseng coréen améliorait les performances générales, la sensation de fatigue et l’humeur.

L’action tonifiante du giseng s’explique par ses actions:

– Sur la capacité d’oxygénation : le ginseng améliorerait la capacité d’oxygénation de l’organisme. Il a été démontré que les ginsénosides protègent l’épithélium vasculaire pulmonaire en neutralisant les dommages causés par les radicaux libres.

– Sur les muscles : Il a été démontré que les ginsénosides influencent le mécanisme d’homéostasie pendant un exercice prolongé en améliorant la capacité des muscles squelettiques à oxyder les acides gras au lieu du glucose pour produire de l’énergie. Il a été démontré que le ginseng rouge diminue les niveaux d’acide lactique générés après un exercice intense dans les muscles et favorise les niveaux de créatine-kinase (CK) qui fournissent de l’énergie aux muscles. D’autres composants présents dans la racine de ginseng, comme l’acide vanillique et l’acide salicylique, ont montré des effets de résistance à la fatigue chez les animaux.

– Sur le système nerveux central (SNC) : Cette résistance accrue à la fatigue est également due à l’action du ginseng rouge sur le système nerveux central (SNC) en réduisant la consommation cérébrale d’oxygène et en agissant sur la génération des précurseurs de la sérotonine.

 

Résistance au stress et à l’anxiété

Le ginseng est une plante médicinale à action adaptogène. Le terme adaptogène a été créé par le Dr Nikolai Lazarev, un scientifique soviétique qui, pendant la guerre froide, recherchait des substances capables de provoquer une endurance physique et mentale.

Le ginseng augmente la résistance de l’organisme au stress et est considéré comme un tonique général qui accroît le sentiment général de bien-être et la capacité de travail.

Son action pharmacologique peut se résumer à une action sur le système nerveux central (SNC) : les deux principaux ginsénosides Rb1 et Rg1 dépriment et stimulent respectivement l’activité du SNC. Ces deux actions opposées peuvent justifier son action comme adaptogène.

 

Stimulant

Le ginseng contribue à améliorer la mémoire et à une action neurotrope et neuroprotectrice qui explique l’amélioration de la fonction cognitive, selon des études in vitro et in vivo.

L’amélioration de la fonction cognitive peut être liée à la modulation des systèmes cholinergique et sérotoninergique. En outre, les ginsénosides Rb1 et Rg1 ont un effet anti-amnésique en minimisant l’effet inhibiteur des peptides neurodégénératifs associés à la maladie d’Alzheimer.

Le ginsénoside Rg3 joue un rôle majeur dans l’amélioration de la mémoire et des fonctions cognitives, principalement grâce à ses effets antioxydants en réduisant les radicaux libres. La racine de ginseng module également la signalisation neuronale intracellulaire, le métabolisme neuronal, les gènes de survie et de mort cellulaire et la fonction mitochondriale, expliquant son action dans la prévention des maladies neurodégénératives.

Relaxant

Le ginseng a également une action relaxante. En particulier, le ginsénoside Rg3 induit l’activation du récepteur GABAA, le récepteur associé à l’anxiété et aux problèmes de sommeil.

Une étude a montré que, chez les femmes ménopausées traitées avec du ginseng rouge pendant un mois, le rapport des niveaux de cortisol/DHEA diminue de manière significative, ce qui indique une réduction du stress.

 

Système cardio-vasculaire

L’effet du ginseng sur le système cardio-vasculaire est principalement dû à l’activité antioxydante des ginsénosides, qui réduit et élimine les radicaux libres en régulant l’activité d’enzymes antioxydantes telles que la SOD, la catalase et la GPX, stimulant à son tour la synthèse d’antioxydants endogènes tels que le glutathion.

  • La peroxydation lipidique est considérée comme jouant un rôle majeur dans la pathogenèse de l’athérosclérose. Les modifications structurelles que subissent les LDL suite à l’action oxydante des radicaux libres peuvent augmenter de manière significative leurs principales caractéristiques athérogènes.
  • Les ginsénosides Rb1 et Re exercent un effet vasodilatateur via le mécanisme de libération de l’oxyde nitrique, ce qui explique l’effet bénéfique du ginseng dans l’amélioration du dysfonctionnement endothélial vasculaire chez les patients souffrant d’hypertension.
  • L’effet vasodilatateur sur les corps caverneux via l’oxyde nitrique peut également expliquer l’effet aphrodisiaque du ginseng.

 

Système immunitaire

Le ginseng augmente la phagocytose et a une activité anti-proliférative contre les micro-organismes. Ces effets sont attribués en particulier à la fraction de polysaccharide dont le mécanisme d’action semble être expliqué par une production accrue d’oxyde nitrique.

Il a été démontré que le ginseng rouge stimule les macrophages et les lymphocytes tueurs naturels, qui font partie du système immunitaire inné de l’organisme.

Le rôle anti-inflammatoire du ginseng pourrait être dû aux effets combinés des ginsénosides et de la gintonine (une fraction de glycolipoprotéine).

 

Contrôle de la glycémie

Des tests in vivo et in vitro montrent le potentiel des ginsénosides et d’autres constituants de la racine de ginseng dans le traitement du diabète.

Le ginsénoside Rg5 est responsable de l’amélioration de la résistance à l’insuline et de la réduction de la sécrétion de glucagon. L’effet inhibiteur du Rg5 a également été observé sur la réponse hépatique au glucagon, inhibant la libération du glucose en inhibant la synthèse du glycogène et en stimulant à la fois la glycogénolyse et la néoglucogenèse.

L’action hypoglycémiante est également attribuée au ginsénoside Re, qui agit sur la redistribution des réserves énergétiques de l’organisme en occupant certains récepteurs hormonaux. Son effet sur la libération du cortisol plasmatique est attribué à son action sur l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien, induisant la sécrétion de l’hormone adrénocorticotrope (ACTH) par l’antéhypophyse.

 

Tous les ginsengs sont-ils les mêmes? Quel est le meilleur ginseng ?

De nombreux types de ginseng existent sur le marché. Comme mentionné au début de la monographie, il est important de ne pas confondre les différentes espèces botaniques de ginseng (américain, sibérien) car elles diffèrent en termes d’activité pharmacologique, d’indication, de dosage et de précautions d’emploi.

Le nom botanique du ginseng coréen est Panax Ginseng, qui est l’espèce sur laquelle la grande majorité des articles scientifiques ont été publiés et dont l’utilisation est approuvée par la Société européenne de phytothérapie (ESCOP) et l’Agence européenne des médicaments (EMA).

L’explosion de la demande de ginseng a conduit à une agriculture intensive, dans des pays où les normes de qualité sont très faibles et peuvent souvent contenir des métaux lourds, des pesticides et même des organismes génétiquement modifiés.

“La qualité de la culture (racines), de l’extraction et de la standardisation est cruciale pour garantir l’efficacité du ginseng.”

 

Le ginseng rouge HRG80®: une racine de haute qualité

Le ginseng a besoin d’être cultivé sur des sols de quqlité et sous des conditions optimales d’humidité, d’ensolleillement et d’irrigation. Ce n’est qu’après les 6 à 10 premières années de culture que les racines peuvent être récoltées.

L’équipe scientifique de Botalys a créé un système innovant de culture hydroponique du ginseng rouge coréen, reproduisant les conditions de croissance idéales du ginseng sauvage, en utilisant l’agriculture verticale en Europe (Belgique). La culture hydroponique est non seulement bénéfique pour l’environnement, mais elle évite également l’utilisation d’insecticides et d’herbicides.

Panax Ginseng CA Meyer coreano Optim suplemento

Cette approche innovante et respectueuse de l’environnement permet d’obtenir un ginseng rouge coréen de haute qualité, de grande pureté et hautement biodisponible avec une composition unique.

 

Principes actifs de la poudre de racine Panaz Ginseng C.A. Meyer HRG80® :

  • Ginsénosides (20 premiers) : 12% (Rb1, Rb2, Rc, Rd, Re, Rg1, Rf, CK, PPD, PPT, Rg2, Rg3, Rg5, Rg6, Rh1, Rh2, Rh3, Rh4, Rk1, F2)
  • Ginsénosides rares : 10 % (CK, PPD, PPT, Rg2, Rg3 (S&R), Rg5, Rg6, Rh1, Rh2, Rh3, Rh4, Rk1, F2).

Panax Ginseng CA Meyer coreano Optim suplemento

Bénéfices du ginseng HRG80®

Il a été démontré dans des études cliniques que le ginseng HRG80® :

  • Amélioration de la capacité de concentration : Une étude randomisée en double aveugle menée auprès de 50 patients a montré qu’après une seule journée de traitement, la capacité de concentration était nettement améliorée.
  • Réduction des niveaux de stress : dans une étude clinique réalisée dans un centre d’appels, les niveaux de stress et d’anxiété ont été réduits après cinq jours de traitement.
  • Des changements dans l’activité électrique du cerveau qui améliorent les processus de mémorisation : Ceci a été démontré dans une étude randomisée en double aveugle sur 30 patients âgés.

 

Quelles sont les doses recommandées? Quand prendre du ginseng ?

Le dosage proposé par l’EMA est basé sur l’usage traditionnel et la littérature scientifique. Dans le cas du ginseng rouge coréen, le dosage proposé par l’EMA pour les adultes et les personnes âgées est de 600 mg de poudre de racine, trois fois par jour.

Cependant, la dose recommandée de Ginseng HRG80® de notre complément Optim Ginseng est de 100-200mg par jour ( soit 1 à 2 gélules par jour) de préférence pendant un repas, avec un verre d’eau.

 

Durée de traitement

La durée de traitement est basée sur l’usage traditionnel et la littérature scientifique. La médecine traditionnelle coréenne classe le ginseng comme une plante sans danger, même lorsque le traitement se prolonge sur le long terme.

Cependant, l’analyse de la littérature indique que son utilisation est sûre pendant les 12 premières semaines ; mais d’autres études sont nécessaires pour établir la sécurité du traitement au ginseng sur des périodes plus longues.

 

Précautions d’emploi et contre-indications

Hypersensibilité à la substance.

Les contre-indications suivantes ont été décrites dans la littérature comme possibles : arythmies cardiaques, hypertension, anxiété, nervosité, grossesse (en raison d’un possible effet oestrogénique) et pendant l’allaitement.

 

Effets indésirables

Réactions d’hypersensibilité cutanée (urticaire, prurit), insomnie, troubles gastro-intestinaux (inconfort gastrique, nausées, vomissements, diarrhée ou constipation).

 

Interactions pharmacologiques

Consultez votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez en même temps des médicaments contre le diabète. La littérature met en garde contre la prise concomitante de ginseng et de médicaments contre le diabète qui pourrait provoquer une baisse de la glycémie.

Le ginseng peut également interagir avec les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO), renforçant leur effet et pouvant entraîner des crises hypertensives, des maux de tête et des crises d’angoisse.

Une interaction possible avec la warfarine a été décrite, mais son mécanisme n’a pas été élucidé. Dans les expériences chez le rat, l’administration concomitante n’a pas produit d’effets pharmacocinétiques ou pharmacodynamiques significatifs sur le métabolisme de la warfarine.

 

Grossesse et allaitement

Étant donné le manque de données sur l’efficacité et la sécurité de la prise de ginseng pendant la grossesse, l’allaitement et chez les enfants, l’utilisation du ginseng n’est donc pas recommandée chez ces personnes.

 

Sur-dose

Selon la littérature, la dose sans effet nocif observable pour le ginseng a été fixée à 2 000mg/kg de poids corporel.

 

Sources

Dimpfel W, Mariage PA, Panossian AG. Effects of Red and White Ginseng Preparations on Electrical Activity of the Brain in Elderly Subjects: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled, Three-Armed Cross-Over Study. Pharmaceuticals (Basel). 2021 Feb 25;14(3):182.

EMA- Committee on Herbal Medicinal Products (HPMC) 2014 Community herbal monograph on Panax ginseng C.A.Meyer, radix

Mariage PA, Hovhannisyan A, Panossian AG. Efficacy of Panax ginseng Meyer Herbal Preparation HRG80 in Preventing and Mitigating Stress-Induced Failure of Cognitive Functions in Healthy Subjects: A Pilot, Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Crossover Trial. Pharmaceuticals (Basel). 2020 Mar 29;13(4):57.

Monografía – Panax ginseng C.A. Meyer – Fitoterapia.net

So SH, Lee JW, Kim YS, Hyun SH, Han CK. Red ginseng monograph. J Ginseng Res. 2018 Oct;42(4):549-561.

WHO 1999 Monographs on Selected Medicinal Plants – Volume 1: Radix Ginseng, p168.